C’était jeudi 5 février au soir, et c’était énorme !

Profitant de sa visite à Paris pour le Salon des Entrepreneurs, Muhammad Yunus, fondateur de la Grameen Bank et dit le « banquier des pauvres » et Prix Nobel de la Paix 2006, a participé bien volontiers à l’événement, organisé par la Chaire Social Business, Entreprises et Pauvreté de HEC en partenariat avec Danone.communities et avec le concours de Reporters d’Espoir.
Il a choisi d’être présent pour solliciter les jeunes et les entrepreneurs, les mobiliser autour de la solidarité et surtout, les sensibiliser à la possibilité du social business, notion encore méconnue en France.
J’ai choisi d’y aller pour voir de mes yeux ce rassemblement impressionnant de personnes qui se sentaient toutes concernées par la solidarité, et surtout parce que comme beaucoup de collaborateurs de BNP Paribas (plus de 150 présents !), je me sens impliquée dans ces questions.

Près de 3000 personnes se sont déplacées pour assister à la table ronde, qui réunissait des intervenants prestigieux tels que Franck Riboud, PDG de Danone, ou encore Martin Hirsch, Haut Commissaire aux Solidarités Actives contre la Pauvreté.
Tous avaient la volonté de se prêter au jeu et de répondre à des questions audacieuses posées par un public en attente de réponses claires et précises.

En interviewant quelques spectateurs, une volonté s’exprimait clairement : pas de langue de bois admise ce soir-là.

Le concept

La soirée était divisée en 2 parties : la table ronde puis la projection du film « 8 ».

La table ronde s’articulait autour de 3 axes majeurs de réflexion qui débutaient chaque fois par un micro-trottoir, dans lequel des étudiants de Sciences Po Paris réagissaient et posaient leurs propres questions :

redéfinir la solidarité aujourd’hui : reposer les bases de ce que nous appelons solidarité
réinventer la solidarité du fait de ses limites : savoir comment il est possible de concilier économie et social sans faire de la charité
quelles actions de solidarité entreprises et à entreprendre :  de jeunes entrepreneurs sociaux nous faisaient part de leur expérience personnelle et comment, à leur échelle, ils voulaient changer le monde

Malgré quelques problèmes d’ordre technique qui ont empêché une partie de la soirée de diffuser les questions du public, l’animation du plateau a reçu un joli succès, grâce à la passion et à la qualité des intervenants.
Tous s’accordaient sur le fait que le temps de l’action solidaire était arrivé. Et qu’il n’est nullement question de faire la charité, mais de réinventer les notions existantes.
Comme avec l’entrepreneuriat social ou social business promu par le Pr. Yunus, où les créateurs d’entreprise développent des solutions innovantes pour répondre à des objectifs à la fois économiques et sociaux.
Enfin, les entrepreneurs sociaux venus présenter leur activité ont littéralement ravi les spectateurs, grâce à leur témoignage, la force de leur détermination et leur envie « contagieuse » de refaire le monde.

En bonus, nous avons eu la chance de voir lors de la table ronde le 8ème film « Person to Person », de Wim Wenders, qui est lui-même intervenu sur le plateau pour témoigner de son engagement en faveur des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).
Ce 8ème film, volontairement optimiste, avait pour vocation de dénoncer la mauvaise utilisation des médias, et de montrer la possibilité d’une autre vision du monde, la possibilité d’une solidarité entre Pays du Nord et Pays du Sud, capable de changer des vies.

Les interviewés de la fin de la 1ère partie de soirée étaient ravis, et repartaient avec une idée forte de la solidarité.

Lors de la seconde partie de soirée, les spectateurs qui le souhaitaient ont pu découvrir le film « 8 », série de 8 courts métrages relatifs aux 8 OMD, que les Etats membres de l’ONU ont convenu d’atteindre d’ici 2015.

1. Réduire l’extrême pauvreté et la faim
2. Assurer l’éducation primaire pour tous
3. Promouvoir l’égalité et l’autonomisation des femmes
4. Réduire la mortalité infantile
5. Améliorer la santé maternelle
6. Combattre le SIDA, le paludisme et autres maladies graves
7. Assurer un environnement humain durable
8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

2 de ces films ont été sélectionnés pour le festival de Cannes 2007. Ils ont remporté un franc succès du côté des spectateurs, reste à savoir s’ils sont parvenus à réaliser leur objectif : mobiliser les gens autour des OMD, leur donner envie de d’agir, même par de petits gestes.

Ce qu’il faut retenir

Plus d’une soixantaine de jeunes bénévoles se sont mobilisés pour contribuer à l’organisation de l’événement, en plus des étudiants qui se sont déplacés de toute la France.
Un événement organisé par des étudiants qui a réuni près de 3000 personnes !
Tous les membres impliqués dans l’organisation étaient bénévoles, de la régie aux animateurs du plateau.