L’association AJAHM (Association Jeunes Adultes Handicapés Moteur) est rattachée au Centre d’Hérauritz, à Ustaritz (Pays Basque), qui accueille des personnes handicapées moteur atteintes de troubles associés ou non. Elle rassemble des parents de résidents.

Témoignage de Geneviève Barthou, collaboratrice de la Banque de détail BNP Paribas et bénévole à l’AJAHM

Quel est votre  rôle dans l’association ?

Je fais partie de l’association depuis 2005. Nous nous réunissons une fois par mois pour échanger sur l’organisation des activités pour les résidents et sur la manière d’obtenir  des financements : il ne suffit pas  d’avoir des idées, il faut aussi les moyens de les réaliser.  J’ai personnellement l’avantage d’appartenir au groupe BNP Paribas et ainsi d’aider l’association par le biais du programme Coup de Pouce.

Le Centre est soumis à un contrôle budgétaire strict, il finance partiellement certains projets mais il fait appel à l’association pour les projets importants. L’AJAHM intervient alors dans la mesure de ses possibilités, en organisant des lotos ou des petits spectacles ; les parents des résidents apportent aussi leur contribution.

En quoi le soutien de Coup de Pouce ouvre une nouvelle orientation pour les activités du Centre ?

L’aide de Coup de Pouce permet de mettre en place un programme d’animations, sur place, pour des résidents qu’il est  souvent difficile d’emmener en sorties.  Ce programme s’adresse à la population  la moins autonome du Centre. Ce sont pour la plupart des polyhandicapés qui ont, entre autres, de grosses difficultés de communication. Des séances hebdomadaires sont organisées pour eux dans trois domaines : musicothérapie, médiation animale et arthérapie. Dans ces ateliers, la communication passe par la musique, le contact avec les animaux et l’expression artistique.

Comment s’est monté ce projet ?

Le projet a été créé sur mesure pour Coup de Pouce. Il a été imaginé par la responsable du secteur socio-éducatif du Centre à ma demande. Cet ensemble d’ateliers est une première expérience pour nous. J’ai eu l’occasion d’assister, dans  une autre structure, à une séance de médiation animale qui a rencontré l’adhésion des résidents ; en effet, ces enfants sont sensibles au contact avec les animaux et à toute forme de communication autre que verbale. Ce projet  ne peut  donc être  qu’une réussite !

Nadine Lamarque, présidente de l’ AJAHM

Pourquoi est née l’association AJAHM ?

L’AJAHM est née en 1989 du désir des parents de se rencontrer, d’échanger et d’agir ensemble pour que les enfants soient mieux. Douze parents de résidents sont membres du bureau, plus ou moins investis dans la vie de l’association. Au début, l’association finançait uniquement des petits projets, des sorties cinéma par exemple. Elle a évolué depuis, puisqu’à présent nous sommes rendus à des projets beaucoup plus intéressants.

Se porter candidat au programme Coup de Pouce, c’était l’occasion de proposer un projet plus conséquent en terme de coût. Nous sommes une petite structure qui fonctionne avec un petit budget lié aux cotisations des parents, des membres des familles ou des amis, et aux subventions que nous demandons aux mairies. Avec votre « coup de pouce », et c’est tout à fait le terme, nous pouvons rémunérer les intervenants des ateliers de musicothérapie, médiation animale et art thérapie.

Gardez-vous le souvenir d’une action soutenue par l’association avec un retour particulièrement positif ?

En fait, toutes les actions marchent parce que ce sont des sorties extérieures. Ça plaît énormément parce que ces jeunes sortent de leur cadre de vie, ils sont au contact de gens ordinaires. Et rien que le fait de sortir, de changer d’air, de structure, de se rendre au centre de balnéo-thérapie Calicéo, d’aller au cinéma ou à des concerts, c’est énorme pour eux.

Une sortie chiens de traîneau a été organisée cet hiver. Un groupe est parti deux jours à la neige faire du handiski. Mon fils y est allé il y a deux ans, j’ai vu un film et des photos ; jamais je n’aurais pensé qu’il puisse faire ça un jour !  Voir la mine réjouie de ces jeunes, leurs visages qui s’illuminent, vous savez, c’est formidable !

Comment vont se dérouler les activités  soutenues par Coup de Pouce ?

Les ateliers sont prévus pour la mi-mai jusqu’à mi-juillet, puis de début octobre à décembre. Le projet s’adresse en particulier aux résidents du CRM (Centre de Rééducation Motrice), de la MAS (Maison d’Adultes Spécialisée, pour les plus de 20 ans) et du Groupe Eveil (les enfants polyhandicapés).

En tout, 40 résidents sont concernés, sur un total de 70 résidents au Centre ; c’est une belle proportion ! Chaque atelier se fera avec 10 jeunes issus de groupes différents, donc mélangés. Je pense que ça va avoir un impact très positif pour tout le monde !

Le  programme « Coup de pouce » aux projets du personnel de la Fondation BNP Paribas accompagne des projets portés par les salariés engagés à titre bénévole dans des associations d’intérêt général. Depuis sa création en 2003, plus de 380 projets ont été soutenus dans les domaines de la santé et de la solidarité en France et à l’international.

Propos recueillis par Sophie Bonnaud-Le Roux