INSAF est une association marocaine créée en 1999 à Casablanca. A but non lucratif et reconnue d’utilité publique, elle agit contre la discrimination et l’exclusion des femmes et des enfants au Maroc.

Sa  vision est de « contribuer à l’avènement d’une société qui garantit à chaque femme et à chaque enfant le respect de leurs droits dans un environnement digne et responsable ».

INSAF opère selon trois axes stratégiques :

Prévenir l’abandon des enfants nés hors mariage par la prise en charge et à la réinsertion sociale et professionnelle des mères célibataires.

Lutter pour l’éradication de l’exploitation des filles mineures dans le travail domestique, par le retrait du travail des filles dites « petites bonnes » , leur prise en charge pour la réinsertion en famille et à l’école.

Sensibiliser et plaidoyer pour la défense et l’amélioration des droits des femmes et des enfants, en général, et de ses groupes cible, en particulier.

Basée sur le respect des droits humains, l’égalité des chances, et l’équité entre les hommes et les femmes, l’association INSAF garantit la contribution de chacune et de chacun, dont les bénéficiaires, dans la conception, la réalisation et le suivi-évaluation de ses actions.

La responsabilisation est une partie fondamentale de son approche : elle assure la participation active des populations dans la reconquête et la préservation de leur autonomie dans la dignité.

Seule Association à intervenir dans les maternités publiques, en plus de l’accueil assuré dans son Centre d’Ecoute, INSAF a créé, en 2002, le premier foyer d’hébergement pour mères célibataires au Maroc. Elle y accueille plus de 400 femmes et enfants par an.

Après des campagnes de sensibilisation à l’échelle nationale, INSAF a lancé, en 2007, le programme pilote « Lutte contre le Travail des Enfants » qui a contribué au retrait du travail domestique et à la réinsertion en famille et à l’école de plus de 170 petites filles.

Par ailleurs, INSAF a participé activement à la création de Collectifs associatifs pour plaider auprès des décideurs gouvernementaux et des acteurs institutionnels et sociaux régionaux et locaux, pour l’amélioration des droits des femmes et enfants au Maroc.

Voici juste quelques exemples des actions de cette association de seulement 33 salarié(e)s, avec une vision large et une grande confiance en l’avenir de la femme et de la fille marocaines!